Braillerap Cameroun


image braillerap_logo_final.png (0.1MB)
Logo cc by SA by ND Stéphane Godin

Faire apprendre, partager, des embosseuses brailles open source avec les communautés camerounaises.

Historique du projet braillerap


image braillerap.png (1.1MB)
Première version de Braillerap - 2016 - Photo CC by ND Hugues Aubin

En 2016 l’association MyHumanKit organise en collaboration avec Airbus Industries un hackathon appelé Fabrikarium.

Pendant le Fabrikarium plusieurs travaux ont été réalisés pour modifier des imprimantes 3D afin d’embosser du Braille sur du papier 160g. L'idée démontrée consiste à ajouter un clou limé sur une petite pièce imprimée en 3D qui s'ajoute sur toute machine, et de générer le code qui permet son déplacement pour embosser du braille.

Ceci a notamment été permis par le développement par Arthur Masson, bénévole, d'un générateur logiciel qui transforme texte et images en Gcode, standard de déplacement des machines numériques.

Le projet s’appelait BrailleRap (nom proposé à l'époque par Hugues Aubin), car il s'inspire de la communauté permettant l'amélioration incrémentale des imprimantes 3D open source reprap.org.

2017: Openbraille


En 2017 Carlos Campos démarre le projet OpenBraille et construit une embosseuse braille à partir de pièces d’imprimante recyclées.

Le projet démontre qu’il est possible de déplacer une feuille de papier avec suffisamment de précision dans une embosseuse braille.

2018: le fabrikarium Mumbai


Ce projet a connu une autre itération du 10 au 14 février 2018 lors du Fabrikarium organisé à Mumbai et lors duquel une équipe a démontré la faisabilité de la modification d'un fraiseuse numérique pour embosser du braille, et celle de la transformation de dessins en contours embossés (pour faire sentir la forme d'un animal, par exemple).

Ces essais ont également permis de démontrer la faisabilité d'embosser du braille sur des canettes d'aluminium (signalétique extérieure par exemple).

image huguesetrahul.jpg (0.2MB)
Photographie Carine Claude - Copyright Makery.info

C'est durant cet événement que Stéphane Godin et Philippe Pacotte ont décidé de mettre au point une machine plus performante, ouverte et réplicable, dédiée à l'impression Braille : La Braillerap SP.


2018 : la Braillerap SP



En Janvier 2018, Stéphane Godin et Philippe Pacotte ont commencé avec quelques rails linéaires, des moteurs Nema et des pièces imprimées pour essayer de réaliser une embosseuse Braille. Quelques essais plus tard, nous avons commencé à montrer des exemples de textes embossés en Braille, et tout le monde était très enthousiastes. Le projet Braillerap SP était né.

Le projet reprend le nom d'origine, incrémenté des initiales des prénoms des deux concepteurs de la machine : Stéphane Godin (S) et Philippe Pacotte (P). La braillerap SP a fait ses preuves dans plusieurs ateliers organisés en France avec l'association Valentin Huy et l'association My Human Kit.

2022 : Braillerap revient


En 2022, avec quelques enthousiastes, nous reprenons le projet pour proposer des améliorations. Afin de respecter le design de la Braillerap SP, une nouvelle branche du projet est créée, ouverte à toute refonte matérielle et logicielle en fonction des ateliers, échanges, cas d'usages rencontrés au terrain.

Le projet Braillerap Cameroun


image braillerap_logo_final.png (0.1MB)
Logo CC by SA by ND Stéphane Godin

Le Climate Change Lab et My Human Kit ont été invités fin 2021 à s'exprimer au sommet mondial numérique de l'AIMF à Namur. C'est à cette occasion que s'est exprimée l'ANIAAC (Association Nationale pour l'Intégration et l'Accommodation dees Aveugles du Cameroun), sur les grandes difficultés des mal et non voyants au Cameroun.


Après avoir pris contact et organisé plusieurs visioconférences début 2022, avec Daniel Kengni et Gérard Donfack (ANIAAC et Centres Ressources Multimedia de l'AIMF au Cameroun) et des représentants du Climate Change Lab et de l'association My Human Kit, nous avons préfiguré ce que serait une véritable mission permettant de rendre autonomes usagers et concepteurs du sud dans l'usage et l'évolution de l'imprimante braille sans brevet la moins chère du monde. Le projet Braillerap Cameroun était né.

Objectifs du projet


Pour le moment, seul des lycéens situés à Youndé peuvent lire leurs sujets d'examens de manière autonome en braille.


  • Permettre aux lycéens non et mal voyants de trois villes de lire leurs sujets d’examen de manière autonome à la rentrée de septembre 2022 .
  • Former usagers et volontaires outillés par le numérique au montage, à l’usage d’une imprimante braille libre et sans brevet.
  • Former des personnes pour les rendre capables de modifier, réparer, développer des imprimantes de ce type au Cameroun.
  • Initier un échange entre les lycéens du Cameroun et les élèves du Collège de la Petite Lande, co-financeur de la mission.
  • Réaliser une masterclass technique en direction de personnes intéresséées pour réparer, modifier, faire évoluer la machine au Cameroun.

Objectifs de développement durables adressés


  • Education de qualité
  • Inégalités réduites
  • Partenariats pour la réalisation des objectifs

Quand


La mission doit être réalisée avant la rentrée scolaire de septembre 2022 et si possible hors de la grande saison des pluies.
Elle durera trois semaines pendant la petite saison des pluies du 15/07 au 6/08/2022.


Suite aux échanges avec M.Kengni, président de l'Association Nationale pour l'Intégration et l'Accommodation des Aveugles du Cameroun (ANIAC), et M.Donkfack, trois lycées et un fablab se trouvent à la conjonction des besoins et capables de fournir des salles d'ateliers pour réaliser les imprimantes brailles pour et avec les personnes concernées :

  • Yaounde : Lycée + communauté autour des centres ressources multimédia AIMF : 2 ateliers.
  • Douala : Wourilab chez Orange Cameroun soutenu par la Fondation Orange : masterclass
  • Bertoua : Lycée + communauté autour des centres ressources multimédia AIMF - projet de fablab.
  • Bafoussam : Lycée + communauté autour des centres ressources multimédia AIMF - projet de fablab.

Actions sur place


Transfert de matériel et connaissances pour mettre en place un premier réseau d’imprimantes braille au Cameroun au travers une mission de trois semaines et l’organisation de 4 ateliers sur trois villes...

  • Des ateliers dans un lycée public à Yaounde et avec le fablab de Douala le Wourilab, fablabs solidaire soutenu par la Fondation Orange.
  • Un atelier à Bertoua, dans un lieu croisant centres ressources multimédia AIMF et lycée.
  • Un atelier à Bafoussam, dans un lieu croisant centres ressources multimedia AIMF et lycée.

Il s'agit donc de passer par les quatre villes pour organiser 4 ateliers.

  • 3 ateliers de montage, formation à l'usage de la machine Braillerap.
  • 1 atelier master class pour permettre des améliorations, adaptations locales, voire des projets économiques locaux. Dans l'idéal cet atelier se tiendrait en partenariat avec un fablab solidaire de la Fondation Orange. Il permettrait de donner naissance à une sorte de support technique et de R&D local.

Les machines assemblées sur place seront offertes aux lieux d'accueil pour être mises à la disposition des lycéens, et des personnes concernées au travers la communauté de l'ANIAC.

Budget prévisionnel


Le budget doit incorporer la préparation de la mission, les billets d'avions, frais de visa, pièces détachées de machines, gite, couvert et transport pour deux personnes minimum :

  • Un expert technique (Stéphane Godin, co-inventeur de la Braillerap SP)
  • Un communiquant documentariste (Hugues Aubin, a l'initiative du projet Braillerap en 2016)

Si le budget le permet, il est souhaitable de pouvoir faire la mission à trois personnes avec un second opérateur technique chevronné de la communauté Braillerap.

Le budget ci-dessous correspond aux échanges entre les organisations motivées par le montage de la mission.


Source des fonds :


Modalités d'organisation


  • My Human Kit ferait un don de 12 000 € au Climate Change Lab pour l'opération
  • Le Climate Change Lab engagerait 8 000 €, sous réserve d'accord de la Fondation Orange.
  • L'ANIAAC et les centres ressources multimedia de l'AIMF intègrent les population concernées dans le programme sur place et assurent la logistique locale.
  • Le fablab d'Orange Cameroun fournit un fablab mobile avec lequel faire l'épopée !! (nouveau, au 16/06/2022)
image camionfablab.jpg (61.3kB)
Source AUF : https://www.auf.org/nouvelles/actualites/partenariat-auf-fondation-orange-cameroun-apres-ongola-fablab-fablab-mobile/

Le Climate Change Lab s'occupera des dépenses divisées ainsi :

  • Une prestation couvrant frais de bouche, logement, transport au Cameroun par un prestataire camerounais fourni par l'ANIAAC.
  • Un achat de pièces détachées pour 8 machines
  • Le financement de la prestation technique de préparation et éxécution des ateliers (Stéphane Godin)
  • L'achat des transports hors du Cameroun et entre la France et le Cameroun ainsi que les frais afférents (visas)

Pré-requis pour l'accueil d'ateliers sur place


A/Ateliers d'assemblage et d'utilisation des machines

Sur la base de kits préparés et ramenés sur place :

- Temps de préparation : 1h00
- Pas de machines nécessaires - connexion internet sinon documentation imprimée en 4 exemplaires

Outillage nécessaire:

  • Cle alen 1.5,2, 2.5 et 4
  • 2 petites Pinces
  • Colle à bois
  • Scotch de peintre
  • Clé à tube de 5.5
  • Une perceuse et une pierre à aiguiser pour usiner les pointeaux (c'est compris dans le kit)

Formation à l'assemblage et à l'usage de la machine

  • 1 "responsable" qui connaît bien le montage
  • 1 "assistant" pour gérer le monde et aider les participants

Dans ce cas là il n'y a pas vraiment de limite de participants, les participants passent en groupe et assemblent une partie de la machine. Pour les participants, en dehors de la satisfaction d'avoir participé, c'est une petite initiation.

Logistique:

Démarrer l'atelier avec

- Le kit complet
- Le châssis déjà collé et sec
- Le câblage près pour éviter les soudures

Master class de trois jours

Elle permet de former des techniciens à tout le fonctionnement matériel et logiciel de la machine afin de pouvoir réaliser d'autres ateliers, réparer, améliorer la machine.

Nous en organiserons une en lien avec les réseaux partenaires afin de donner naissance à une expertise camerounaise capable de créer sa propre branche locale autour du projet (adaptation avec les usagers, matériaux, etc).

Nombre de participants visés : 10

La préparation est la même que pour un atelier grand public
L'outillage est le même par contre il en faut plus (plusieurs lots).

Avec un espace équipé en fabrication numérique, on peut utiliser toutes les techniques : impressoin 3D, découpe laser, code, etc.

On assemble 2 machines pendant la master class.

  • Jour 1 : assemblage des 2 machines
  • Jour 2 : réglages, démontage et remontage, maintenance courante. Dans l'idéal impression 3D de pièces de rechanges (si l'atelier se tient dans un fablab).Utilisation de la machine
  • Jour 3 : Identification des modifications possibles et souhaitables en croisement avec des personnes concernées (non et mal voyants), pilotage logiciel de la machine. Configuration du firmware Marlin.

Les livrables globaux


- Un fil d'information et de promotion de l'opération sur les réseaux sociaux
- 4 ateliers organisés dans trois villes pour des communautés coopérantes sur place entre développeurs, familles, lieux d'enseignement. Une démarche d'appropriation et non de don simple. Des ateliers pour et avec les personnes concernées. 3 ateliers d'assemblage et prise en main, une master class.
- Quatre villes disposant chacune d'au moins chacune d'une voire deux machines fonctionnelles pour les populations
- Documentations de conduites d'ateliers mises dans le bien commun de l'humanité et réutilisables partout en francophonie pour "rejouer" et améliorer l'accompagnement des publics et élèves, au travers la documentation de la Forge d'adaptations Nord-Sud. Republiables partout, comme tous les contenus de la Forge d'adaptations.
- Le début d'un échange entre les protagonistes des réseaux impliqués (AIMF, ANIAC, My Human Kit, Fondation Orange, Climate Change Lab, Reffao) pour de futures coopérations.

Autres points de vigilance


Suite à échange avec My Human Kit, principal financeur, trois points de vigilance et d'action complémentaires :

*Assurer la sécurité physique des membres de la mission
*S'assurer de la participation des personnes concernées aux actions programmées
*Tenir un podcast ou journal de mission à destination du public, mais aussi des élèves du collège de la Petite Lande.

Les partenaires


L'organisation et l'initiative de la mission viennent du Climate Change Lab.

  • La Fondation Orange qui soutient des projets solidaires et d"intérêt général au travers son réseau mondial des fablabs solidaires depuis de nombreuses années.
  • Le Wourilab de Douala et Orange Cameroun qui envisagent d'affréter un fablab mobile pour faire de la mission un convoi et accueillir la masterclass.
  • My Human Kit a validé le principe d'un don de 12 000 €.
  • My Human Kit est un pionnier du croisement de la fabrication numérique pour et avec les personnes en situation de handicap. L'association est fondatrice du réseau international des #humanlab étendu à l'Inde et l'Afrique.
  • L'AIMF est partenaire naturel, au travers les Centres Ressources Multimedia implantés au Cameroun et représentés dans le projet par M.Gérard Donfack. L'AIMF rassemble plus de 230 maires de territoires francophones qui coopèrent au service de l'intérêt général.
  • L'Association Nationale pour l'Intégration et l'Accommodation des Aveugles du Cameroun, représentée par son président Daniel Kengni, organisera les temps forts de communication autour de la question de l'intégration des personnes en situation de handicap.
  • Orange Cameroun devient maintenant partenaire majeur avec la mise à disposition d'un fablab mobile autonome pour réaliser la mission.

Etat du projet


Validé: en cours d'amélioration et de lancement.